Exposition "Itinéraire(s), verre et photographie"

Cette année, le Musée/Centre d’Art du Verre invite les visiteurs à voyager dans le temps et l’espace, entre ici et ailleurs, entre innovations et prouesses techniques, entre verre et photographie…
Cet « itinéraire » propose de poser un autre regard sur les révolutions industrielles qui, entre le XVIIIème et le XXème siècle, ont profondément transformé notre civilisation.
La photographie est un exemple de cette évolution, elle qui a su, en seulement 150 ans d’histoire, passer de la photographie argentique - donc sur support (d’abord sur papier, puis sur plaque de verre et enfin sur pellicule) – à la photographie numérique.
Les plaques de verre photographiques présentées dans l’exposition ont immortalisé le chantier titanesque de la construction d’un des ouvrages d’arts majeur de notre territoire du Ségala et de la ligne de chemin de fer Carmaux-Rodez : le Viaduc du Viaur. Unique en France et révolutionnaire de par le système de construction conçu par l’ingénieur Paul Bodin, ce viaduc témoigne encore aujourd’hui des exploits technologiques de la fin du XIXème siècle, âge d’or où le progrès ne connaît aucune limite. Le savoir-faire de Paul Bodin franchit alors nos frontières : de la Grèce à la Russie, en passant par la Chine,… nombreux sont les ponts métalliques qui gardent son empreinte et attestent d’une suprématie alors française dans le domaine des grands travaux. En ce début de XXIème siècle, le souvenir de cette coopération reste vivace, essentiellement par le biais de deux des principaux ouvrages de Paul Bodin, le viaduc du Viaur et le viaduc du Faux Namti, qui illustrent la forte amitié franco-chinoise, comme le montre le rapprochement de la commune de Tanus avec le village chinois de Pingbian, dont le jumelage devrait être officialisé au cours de l’année 2017.

Exposition "Itinéraire(s), verre et photographie"

Cette année, le Musée/Centre d’Art du Verre invite les visiteurs à voyager dans le temps et l’espace, entre ici et ailleurs, entre innovations et prouesses techniques, entre verre et photographie…
Cet « itinéraire » propose de poser un autre regard sur les révolutions industrielles qui, entre le XVIIIème et le XXème siècle, ont profondément transformé notre civilisation.
La photographie est un exemple de cette évolution, elle qui a su, en seulement 150 ans d’histoire, passer de la photographie argentique - donc sur support (d’abord sur papier, puis sur plaque de verre et enfin sur pellicule) – à la photographie numérique.
Les plaques de verre photographiques présentées dans l’exposition ont immortalisé le chantier titanesque de la construction d’un des ouvrages d’arts majeur de notre territoire du Ségala et de la ligne de chemin de fer Carmaux-Rodez : le Viaduc du Viaur. Unique en France et révolutionnaire de par le système de construction conçu par l’ingénieur Paul Bodin, ce viaduc témoigne encore aujourd’hui des exploits technologiques de la fin du XIXème siècle, âge d’or où le progrès ne connaît aucune limite. Le savoir-faire de Paul Bodin franchit alors nos frontières : de la Grèce à la Russie, en passant par la Chine,… nombreux sont les ponts métalliques qui gardent son empreinte et attestent d’une suprématie alors française dans le domaine des grands travaux. En ce début de XXIème siècle, le souvenir de cette coopération reste vivace, essentiellement par le biais de deux des principaux ouvrages de Paul Bodin, le viaduc du Viaur et le viaduc du Faux Namti, qui illustrent la forte amitié franco-chinoise, comme le montre le rapprochement de la commune de Tanus avec le village chinois de Pingbian, dont le jumelage devrait être officialisé au cours de l’année 2017.