PRIX 2020 - Anaïs DUNN - Projet "Tension paysage"

En cette année particulière, les artistes ont plus que jamais besoin d’être soutenus. C’est la raison pour laquelle la Communauté de Communes Carmausin-Ségala a décidé de maintenir le Prix de la jeune création du verre français, qui consiste en un concours ouvert aux créateurs utilisant le verre et diplômés depuis moins de 10 ans.

Un jury de spécialistes a donc choisi le projet d’Anaïs Dunn, « Tension paysage ». Formée d’abord à la sculpture sur métal, la plasticienne de 36 ans ne se limite pas à un matériau en particulier. Si le verre fait partie de ses moyens d’expression depuis son apprentissage à la Haute Ecole des Arts du Rhin de Strasbourg puis à Edimbourg, son approche plastique englobe des matières nobles (métal, verre, bois, terre) mais aussi des matériaux pauvres (bâche plastique, couverture de survie, matériaux de récupération) en passant par les éléments (eau, air)...
Préoccupée par les questions environnementales, Anaïs Dunn développe son travail autour de la transformation de la matière et des paysages, de la fonte des glaciers au tourisme de masse. Après plusieurs résidences, expositions collectives et personnelles, après plusieurs sculptures abordant les pollutions, le rapport aux ressources, après l’envoi d’une sculpture dans l’atmosphère, Anaïs Dunn a imaginé avec « Tension paysage » une installation en verre accompagnée d’un système d’infrasons : des modules en verre soufflé seront mis en vibration par ces infrasons, se basant sur des données sismiques de l’Antarctique, créant ainsi une résonance unique, un paysage sonore inconfortable, résumant le climat actuel du monde.

Anaïs Dunn a donc une année pour réaliser son projet. L’oeuvre finale sera présentée lors de la prochaine édition de la Biennale des Verriers à Carmaux en octobre 2021. Les différentes étapes de la réalisation seront à découvrir ici et sur nos réseaux sociaux, tout au long de l’année.

PRIX 2020 - Anaïs DUNN - Projet "Tension paysage"

En cette année particulière, les artistes ont plus que jamais besoin d’être soutenus. C’est la raison pour laquelle la Communauté de Communes Carmausin-Ségala a décidé de maintenir le Prix de la jeune création du verre français, qui consiste en un concours ouvert aux créateurs utilisant le verre et diplômés depuis moins de 10 ans.

Un jury de spécialistes a donc choisi le projet d’Anaïs Dunn, « Tension paysage ». Formée d’abord à la sculpture sur métal, la plasticienne de 36 ans ne se limite pas à un matériau en particulier. Si le verre fait partie de ses moyens d’expression depuis son apprentissage à la Haute Ecole des Arts du Rhin de Strasbourg puis à Edimbourg, son approche plastique englobe des matières nobles (métal, verre, bois, terre) mais aussi des matériaux pauvres (bâche plastique, couverture de survie, matériaux de récupération) en passant par les éléments (eau, air)...
Préoccupée par les questions environnementales, Anaïs Dunn développe son travail autour de la transformation de la matière et des paysages, de la fonte des glaciers au tourisme de masse. Après plusieurs résidences, expositions collectives et personnelles, après plusieurs sculptures abordant les pollutions, le rapport aux ressources, après l’envoi d’une sculpture dans l’atmosphère, Anaïs Dunn a imaginé avec « Tension paysage » une installation en verre accompagnée d’un système d’infrasons : des modules en verre soufflé seront mis en vibration par ces infrasons, se basant sur des données sismiques de l’Antarctique, créant ainsi une résonance unique, un paysage sonore inconfortable, résumant le climat actuel du monde.

Anaïs Dunn a donc une année pour réaliser son projet. L’oeuvre finale sera présentée lors de la prochaine édition de la Biennale des Verriers à Carmaux en octobre 2021. Les différentes étapes de la réalisation seront à découvrir ici et sur nos réseaux sociaux, tout au long de l’année.