L’histoire du musée

La constitution des collections du MCDAV résulte d’un ensemble de dons, d’achats, de dépôts d’objets, de fragments d’objets, de sculptures, de documentations, d’archives rassemblés depuis la fin des années 1980. Ce fut le CEPACIM (Centre Éclaté de Promotions des Activités Culturelles, Industrielles et Minières du Carmausin), association d’anciens mineurs qui, sous l’impulsion de Jean-Pierre Izard, a donné le premier élan au cours de cette décennie. Cette association avait pour but de valoriser le patrimoine industriel lié à l’exploitation et à la commercialisation du charbon et d’en montrer les dérivés, dont le verre, créant en 1985 le Musée du Château au Domaine de la Verrerie. Ceci marque l’amorce de la collection de bouteilles, d’objets et outils illustrant et les usages du verre. Auparavant le Domaine fut vendu par Thibaut, Marquis de Solages à la mairie de Carmaux. La collectivité céda le Domaine au District Urbain Carmausin (DUC) en 1967.
Au fil du temps, l’œuvre est poursuivie par les membres et les salariés de l’association.
En 2001 le Musée du Château devient le Musée du Verre suite à une exposition spécifiquement consacrée au verre carmausin et au patrimoine verrier tarnais le plus ancien. Cette exposition marque la volonté affirmée de mettre en évidence l’importance de l’industrie du verre sur le bassin carmausin et son impact majeur sur l’identité de celui-ci.

Dans la première moitié des années 2000, le Musée évolue et devient un centre d’interprétation ouvert aux arts verriers contemporains avec la création en 2001, dans l’ancienne chapelle du Domaine de la Verrerie, d’un atelier verrier où des démonstrations sont présentées. Par la suite, d’importantes évolutions sont engagées illustrant la volonté de la Communauté de Communes du Carmausin de soutenir ce projet mémoriel, culturel, politique, social et économique central pour le territoire. Il est question de la valorisation du Domaine de la Verrerie dans sa totalité, centrée sur la thématique du verre. En ce sens, une étude de valorisation paysagère est réalisée en 2003 par les architectes paysagistes de Territoire Sud (Albi).
En 2003, la Communauté de Communes initie et porte la première Biennale des Verriers, une grande expo-vente réunissant pendant 3 journées une cinquantaine de verriers européens.

L’année 2005 acte la prise en gestion directe du musée par la Communauté de Communes. La nouvelle direction met en œuvre une restructuration complète dont celle de s’orienter vers l’art du verre contemporain professionnalisant la gestion du musée et la mise en œuvre d’une programmation d’expositions annuelles de qualité. Sous l’impulsion de la Communauté de Communes du Carmausin, un véritable centre verrier voit le jour jouant un rôle économique, culturel et touristique au service du territoire par la valorisation du Domaine, du Musée, des Biennales, de l’atelier verrier et des expositions.
En parallèle un nouveau parcours muséographique et une programmation d’expositions temporaires sont mis en place. Un premier projet de rénovation-extension du musée voit le jour dans lequel ce dernier est repensé dans son ensemble, son aménagement et son offre.

Dès 2008, le musée place la question du verre contemporain dans le contexte de la création au sens large en ne se limitant pas au seul domaine des Métiers d’Art. C’est dans cette optique que le fonctionnement de l’atelier est repensé. Ce dernier qui était jusqu’alors consacré à la démonstration et à la production d’objets utilitaires et décoratifs pour la vente dans la boutique du musée, sera dès lors ouvert aux artistes.

En 2009 une résidence d’artiste est inaugurée. Depuis, 2 verriers sont sélectionnés et invités en résidence pendant 6 mois à la fois pour réaliser des créations dans le cadre de leur projet artistique et pour partager leur savoir-faire avec le public grâce à des démonstrations quotidiennes.

C’est en 2010 que les résidences s’ouvrent plus largement aux plasticiens et designers en collaboration avec le Centre d’art le LAIT (Laboratoire Artistique International du Tarn) ainsi que le GMEA (Centre national de création musicale).

L’année 2012 marque une nouvelle étape d’évolution. Suite à l’élaboration du projet scientifique culturel réalisé de concert avec la Conservation départementale des musées, les services de la Région et de la DRAC Midi-Pyrénées ; Il est apparu que deux entités complémentaires pouvaient être créées, s’inscrivant dans un seul et même projet global : un « Musée » et un « Centre d’art du verre », réunis en un Musée/Centre d’art du verre, chacune justifiant son existence précisément grâce à l’autre, l’une tournée vers la conservation et la valorisation des collections, l’autre tournée vers la création contemporaine.

En 2014 est créé un Centre de Conservation et d’Etudes archéologiques au Musée/Centre d’art du verre (CCE). Conventionné par la DRAC Midi-Pyrénées, ce fonds de collections, dont la gestion est confiée au Musée, rassemble à la fois des objets provenant de collections d’objets en verre du grand Sud-Ouest et des documents et objets témoignant de l’Histoire locale (mobilier archéologique provenant des travaux de la RN88 par exemple). Avec Montans, c’est le second CCE créé dans le Tarn. Ces collections ne seront visibles du grand public qu’à l’occasion d’expositions. Elles seront en revanche consultables sur demande par les chercheurs.

Fin 2015, la Communauté de communes Carmausin-Ségala a été désignée lauréate d’un appel à projet régional visant à redynamiser les territoires. Le projet retenu est celui de l’aménagement d’un pôle verrier, avec comme point d’orgue la restructuration du Musée du Verre et de l’ensemble du Domaine de la Verrerie puisque les lieux abritent aujourd’hui bien plus qu’un musée. Après des études préalables à l’investissement en 2016 et avec le soutien de la Région, des travaux devraient débuter à l’horizon 2017 afin de réhabiliter les bâtiments du domaine.

L’histoire du musée

La constitution des collections du MCDAV résulte d’un ensemble de dons, d’achats, de dépôts d’objets, de fragments d’objets, de sculptures, de documentations, d’archives rassemblés depuis la fin des années 1980. Ce fut le CEPACIM (Centre Éclaté de Promotions des Activités Culturelles, Industrielles et Minières du Carmausin), association d’anciens mineurs qui, sous l’impulsion de Jean-Pierre Izard, a donné le premier élan au cours de cette décennie. Cette association avait pour but de valoriser le patrimoine industriel lié à l’exploitation et à la commercialisation du charbon et d’en montrer les dérivés, dont le verre, créant en 1985 le Musée du Château au Domaine de la Verrerie. Ceci marque l’amorce de la collection de bouteilles, d’objets et outils illustrant et les usages du verre. Auparavant le Domaine fut vendu par Thibaut, Marquis de Solages à la mairie de Carmaux. La collectivité céda le Domaine au District Urbain Carmausin (DUC) en 1967.
Au fil du temps, l’œuvre est poursuivie par les membres et les salariés de l’association.
En 2001 le Musée du Château devient le Musée du Verre suite à une exposition spécifiquement consacrée au verre carmausin et au patrimoine verrier tarnais le plus ancien. Cette exposition marque la volonté affirmée de mettre en évidence l’importance de l’industrie du verre sur le bassin carmausin et son impact majeur sur l’identité de celui-ci.

Dans la première moitié des années 2000, le Musée évolue et devient un centre d’interprétation ouvert aux arts verriers contemporains avec la création en 2001, dans l’ancienne chapelle du Domaine de la Verrerie, d’un atelier verrier où des démonstrations sont présentées. Par la suite, d’importantes évolutions sont engagées illustrant la volonté de la Communauté de Communes du Carmausin de soutenir ce projet mémoriel, culturel, politique, social et économique central pour le territoire. Il est question de la valorisation du Domaine de la Verrerie dans sa totalité, centrée sur la thématique du verre. En ce sens, une étude de valorisation paysagère est réalisée en 2003 par les architectes paysagistes de Territoire Sud (Albi).
En 2003, la Communauté de Communes initie et porte la première Biennale des Verriers, une grande expo-vente réunissant pendant 3 journées une cinquantaine de verriers européens.

L’année 2005 acte la prise en gestion directe du musée par la Communauté de Communes. La nouvelle direction met en œuvre une restructuration complète dont celle de s’orienter vers l’art du verre contemporain professionnalisant la gestion du musée et la mise en œuvre d’une programmation d’expositions annuelles de qualité. Sous l’impulsion de la Communauté de Communes du Carmausin, un véritable centre verrier voit le jour jouant un rôle économique, culturel et touristique au service du territoire par la valorisation du Domaine, du Musée, des Biennales, de l’atelier verrier et des expositions.
En parallèle un nouveau parcours muséographique et une programmation d’expositions temporaires sont mis en place. Un premier projet de rénovation-extension du musée voit le jour dans lequel ce dernier est repensé dans son ensemble, son aménagement et son offre.

Dès 2008, le musée place la question du verre contemporain dans le contexte de la création au sens large en ne se limitant pas au seul domaine des Métiers d’Art. C’est dans cette optique que le fonctionnement de l’atelier est repensé. Ce dernier qui était jusqu’alors consacré à la démonstration et à la production d’objets utilitaires et décoratifs pour la vente dans la boutique du musée, sera dès lors ouvert aux artistes.

En 2009 une résidence d’artiste est inaugurée. Depuis, 2 verriers sont sélectionnés et invités en résidence pendant 6 mois à la fois pour réaliser des créations dans le cadre de leur projet artistique et pour partager leur savoir-faire avec le public grâce à des démonstrations quotidiennes.

C’est en 2010 que les résidences s’ouvrent plus largement aux plasticiens et designers en collaboration avec le Centre d’art le LAIT (Laboratoire Artistique International du Tarn) ainsi que le GMEA (Centre national de création musicale).

L’année 2012 marque une nouvelle étape d’évolution. Suite à l’élaboration du projet scientifique culturel réalisé de concert avec la Conservation départementale des musées, les services de la Région et de la DRAC Midi-Pyrénées ; Il est apparu que deux entités complémentaires pouvaient être créées, s’inscrivant dans un seul et même projet global : un « Musée » et un « Centre d’art du verre », réunis en un Musée/Centre d’art du verre, chacune justifiant son existence précisément grâce à l’autre, l’une tournée vers la conservation et la valorisation des collections, l’autre tournée vers la création contemporaine.

En 2014 est créé un Centre de Conservation et d’Etudes archéologiques au Musée/Centre d’art du verre (CCE). Conventionné par la DRAC Midi-Pyrénées, ce fonds de collections, dont la gestion est confiée au Musée, rassemble à la fois des objets provenant de collections d’objets en verre du grand Sud-Ouest et des documents et objets témoignant de l’Histoire locale (mobilier archéologique provenant des travaux de la RN88 par exemple). Avec Montans, c’est le second CCE créé dans le Tarn. Ces collections ne seront visibles du grand public qu’à l’occasion d’expositions. Elles seront en revanche consultables sur demande par les chercheurs.

Fin 2015, la Communauté de communes Carmausin-Ségala a été désignée lauréate d’un appel à projet régional visant à redynamiser les territoires. Le projet retenu est celui de l’aménagement d’un pôle verrier, avec comme point d’orgue la restructuration du Musée du Verre et de l’ensemble du Domaine de la Verrerie puisque les lieux abritent aujourd’hui bien plus qu’un musée. Après des études préalables à l’investissement en 2016 et avec le soutien de la Région, des travaux devraient débuter à l’horizon 2017 afin de réhabiliter les bâtiments du domaine.