Avec ses 17 hectares de terre et ses bâtiments du 18ème siècle, le Domaine de la Verrerie constitue le socle du patrimoine carmausin. Aujourd’hui, en parallèle de la création contemporaine et du travail artisanal du verre, c’est cette histoire industrielle que les 11 000 visiteurs annuels découvrent au Musée. Une histoire qui leur permet de comprendre les lieux, et au-delà, tout un territoire.
Forte de ce patrimoine, la Communauté de communes Carmausin-Ségala souhaite mener un projet de restructuration de l’ensemble du Domaine de la Verrerie, dont les bâtiments n’ont jamais connu de réhabilitation.

Le Verre, une dynamique de territoire

La Communauté de communes Carmausin-Ségala a été désignée lauréate d’un appel à projet régional visant à redynamiser les territoires : « Grands projets pour la croissance et l’attractivité des territoires ». Le projet retenu est celui de l’aménagement d’un pôle verrier, avec comme point d’orgue la restructuration du Musée du Verre et de l’ensemble du Domaine de la Verrerie puisque les lieux abritent aujourd’hui bien plus qu’un musée.
Articulé autour de l’aménagement d’un pôle verrier dont le coeur constitue le Domaine de la Verrerie, le projet bénéficiera d’une subvention régionale. L’ambition est d’en faire un pôle culturel structurant et innovant, vecteur de développement touristique, économique et social.

Les Etudes préalables

Les bâtiments actuels du Domaine de la Verrerie nécessitent de faire l’objet d’une restructuration architecturale globale et d’une réorganisation, afin de répondre pleinement aux missions et aux normes de sécurité et d’accessibilité qui incombent aux établissements recevant du public (ERP).

Depuis 2016, plusieurs études ont ainsi été lancées afin d’évaluer le coût de ce projet ambitieux mais indispensable, le Domaine n’ayant jamais connu de réhabilitation architecturale. En 2016, une étude archéologique a été menée par le cabinet Hadès (Toulouse) sur le bâtiment du musée et notamment les sous-sols qui abritent des vestiges liés au fonctionnement de l’ancienne verrerie royale.
En 2017, le Musée a établi son deuxième Projet Scientifique et Culturel (PSC)
En 2018 a été lancée l’étude de programmation architecturale et muséographique avec le cabinet EGIS.
En 2019, le Musée reste ouvert au public mais l’Atelier verrier ferme ses portes pour le début des travaux de réhabilitation.

Avec ses 17 hectares de terre et ses bâtiments du 18ème siècle, le Domaine de la Verrerie constitue le socle du patrimoine carmausin. Aujourd’hui, en parallèle de la création contemporaine et du travail artisanal du verre, c’est cette histoire industrielle que les 11 000 visiteurs annuels découvrent au Musée. Une histoire qui leur permet de comprendre les lieux, et au-delà, tout un territoire.
Forte de ce patrimoine, la Communauté de communes Carmausin-Ségala souhaite mener un projet de restructuration de l’ensemble du Domaine de la Verrerie, dont les bâtiments n’ont jamais connu de réhabilitation.

Le Verre, une dynamique de territoire

La Communauté de communes Carmausin-Ségala a été désignée lauréate d’un appel à projet régional visant à redynamiser les territoires : « Grands projets pour la croissance et l’attractivité des territoires ». Le projet retenu est celui de l’aménagement d’un pôle verrier, avec comme point d’orgue la restructuration du Musée du Verre et de l’ensemble du Domaine de la Verrerie puisque les lieux abritent aujourd’hui bien plus qu’un musée.
Articulé autour de l’aménagement d’un pôle verrier dont le coeur constitue le Domaine de la Verrerie, le projet bénéficiera d’une subvention régionale. L’ambition est d’en faire un pôle culturel structurant et innovant, vecteur de développement touristique, économique et social.

Les Etudes préalables

Les bâtiments actuels du Domaine de la Verrerie nécessitent de faire l’objet d’une restructuration architecturale globale et d’une réorganisation, afin de répondre pleinement aux missions et aux normes de sécurité et d’accessibilité qui incombent aux établissements recevant du public (ERP).

Depuis 2016, plusieurs études ont ainsi été lancées afin d’évaluer le coût de ce projet ambitieux mais indispensable, le Domaine n’ayant jamais connu de réhabilitation architecturale. En 2016, une étude archéologique a été menée par le cabinet Hadès (Toulouse) sur le bâtiment du musée et notamment les sous-sols qui abritent des vestiges liés au fonctionnement de l’ancienne verrerie royale.
En 2017, le Musée a établi son deuxième Projet Scientifique et Culturel (PSC)
En 2018 a été lancée l’étude de programmation architecturale et muséographique avec le cabinet EGIS.
En 2019, le Musée reste ouvert au public mais l’Atelier verrier ferme ses portes pour le début des travaux de réhabilitation.