Le fonds « Verrerie Proto-industrielle et industrielle » (de la Verrerie Royale des de Solages à la création de la VOA)

Le Domaine de la Verrerie accueille dès le XVIIIe siècle (période proto-industrielle) une « Verrerie Royale » (1754-1861) première verrerie du Sud-Ouest à fonctionner au charbon de terre. Le Musée possède peu d’objets provenant de la période « proto-industrielle » de la Verrerie Royale. Cependant, il possède un atout majeur : le site lui-même, dont les salles voutées situées dans le bâtiment dit de l’Orangerie, accueillent une partie des collections du musée actuel.
On parle également de période « industrielle ». Les objets de ce fonds se rapportent directement à l’histoire de la Verrerie industrielle dans le Carmausin laquelle définit, pour une grande part, l’histoire de ce lieu, ce dont son appellation atteste par surcroît. « Verrerie » caractérisant à la fois l’art de faire, l’objet, le lieu et « industrielle » renvoie à « l’ère industrielle » ou « révolution industrielle », le XIXe siècle.
L’histoire proto-industrielle et industrielle de la production de verreries dans le Carmausin nait au Domaine de la Verrerie pour se poursuivre à Albi avec la VOA au XXe siècle. Cet intitulé permet aussi d’intégrer clairement ce fonds à une généalogie plus importante : la présence du verre dans le Tarn et le quart Sud-Ouest depuis l’Antiquité. Ce fonds se rattache à la grande aventure de la production industrielle de la bouteille qui, associée aux nouveaux modes de transports, en l’occurrence le chemin de fer, dont la ligne Albi-Carmaux a été ouverte par un membre de la famille de Solages, suit une ascension considérable au XXe siècle avant de pâtir de la crise du Phylloxera.

Le fonds « Verrerie Proto-industrielle et industrielle » (de la Verrerie Royale des de Solages à la création de la VOA)

Le Domaine de la Verrerie accueille dès le XVIIIe siècle (période proto-industrielle) une « Verrerie Royale » (1754-1861) première verrerie du Sud-Ouest à fonctionner au charbon de terre. Le Musée possède peu d’objets provenant de la période « proto-industrielle » de la Verrerie Royale. Cependant, il possède un atout majeur : le site lui-même, dont les salles voutées situées dans le bâtiment dit de l’Orangerie, accueillent une partie des collections du musée actuel.
On parle également de période « industrielle ». Les objets de ce fonds se rapportent directement à l’histoire de la Verrerie industrielle dans le Carmausin laquelle définit, pour une grande part, l’histoire de ce lieu, ce dont son appellation atteste par surcroît. « Verrerie » caractérisant à la fois l’art de faire, l’objet, le lieu et « industrielle » renvoie à « l’ère industrielle » ou « révolution industrielle », le XIXe siècle.
L’histoire proto-industrielle et industrielle de la production de verreries dans le Carmausin nait au Domaine de la Verrerie pour se poursuivre à Albi avec la VOA au XXe siècle. Cet intitulé permet aussi d’intégrer clairement ce fonds à une généalogie plus importante : la présence du verre dans le Tarn et le quart Sud-Ouest depuis l’Antiquité. Ce fonds se rattache à la grande aventure de la production industrielle de la bouteille qui, associée aux nouveaux modes de transports, en l’occurrence le chemin de fer, dont la ligne Albi-Carmaux a été ouverte par un membre de la famille de Solages, suit une ascension considérable au XXe siècle avant de pâtir de la crise du Phylloxera.